FOR CRYING OUT LOUD – KASABIAN

kasabianfcol

Il est enfin là, celui qu’on attendait depuis deux bons mois maintenant ! Kasabian est de retour, en force et en forme, avec For Crying Out Loud. On en est dingues ! Review.

Enfile tes boots, chope tes potes, des lunettes de soleil même de nuit, et tu seras prêt à affronter les premières notes de Ill Ray (The King). Ça a à peine commencé qu’on est déjà au milieu de la pièce à sauter dans tous les sens. On aime les douceurs mais on avait clairement besoin de cet optimisme, funky, rock, explosif et intense. C’est notre gros coup de cœur.

You’re In Love With a Psycho, on la connaissait déjà pas mal. Excellent, mais plus calme, on retrouve quand même la recette d’un Kasabian décidément très en forme. Cette sérénade est d’un genre tout à fait unique, avec des refrains presque planant et des couplets très soutenus.

Twentyfourseven fait rugir les guitares et pose un décor plus ravagé et ravageur. On se retrouve dans leur rock de stade dans son plus bel écrin. Encore une fois, en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, on est debout à sauter partout !

Good Fight reprend la même ambiance optimiste et presque innocente que You’re In Love With a Psycho. Alors qu’on l’attend complètement fous comme sur leur dernier opus, Kasabian avance son style stadium avec ces pointes d’innocence optimiste, sans renier cet esprit badass qu’on leur associe.

Wasted et Comeback Kid nous transportent, en montant de plus en plus dans l’épique. C’est beau, c’est puissant, c’est électrique. On s’attend à la suite avec The Party Never Ends mais on découvre un titre assez posé et calme, comme une réflexion, une introspection. C’est Are You Looking for Action? qui va nous donner cette force et cette énergie.

Après une très longue outro, on découvre le sobre All Throught the Night. D’humeur un peu mélancolique, on plane jusqu’à retrouver, petit à petit, le sourire avec Sixteen Blocks. La fin de l’album avec l’explosif Bless This Acid House et le classique Put Your Life On It est rock’n’roll, comme on peut s’y attendre. Une belle façon de revenir. On ne peut qu’adorer.

D’ailleurs, on va tout de suite remettre certains titres. Kasabian est en forme, c’est à n’en pas douter. Fini les expérimentations trop électros et les interludes qui ne leur plaisaient pas exactement. On a beau aimé 48 :13, celui-ci est bien meilleur. On retrouve un bon son rock, et on ne va pas s’en plaindre.

3 titres à retenir :

  • Ill Ray (The King)
  • Twentyfourseven
  • Bless This Acid House

En écoute : Bless This Acid House

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s