HITCHHICKER – NEIL YOUNG

neilyoung

Les amoureux de folk vont être ravis : Neil Young signe son grand retour… en 1976, avec Hitchhicker, le classique perdu. Flash.

Ce qui aurait pu être un classique du genre de l’époque ne sort que cette année, pour notre plus grand plaisir. Le trésor caché ou perdu dans des cartons a été retrouvé. Une chance pour nous. On peut donc s’allonger et profiter de sonorités qui sont, effectivement, marquées par cette époque. Pocahontas rencontre Marlon Brando dans le premier titre, et puis on continue notre route avec Young, qui porte, du coup, assez bien son nom. Powderfinger est superbe, comme Hawaii, Hitchhiker, Give Me Strength et Campaigner… et tous les autres. C’est typiquement le genre d’album, de par son histoire et son génie, que l’on aime. L’âge d’Or de Neil Young est très loin d’être révolu, surtout s’il nous cache d’autres albums du même genre… Neil Young serait-il en fait éternel ? A-t-il rajeuni ? Peut-être que Simon Stephens avait raison dans Birdland… C’est en écoutant le magnifique The Old Country Waltz que je laisse cette réflexion ici.

En écoute : Hitchhicker

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.