U2 – Songs of Innocence

1035x1035-large

Quand Bono et ses amis font une surprise, elle est de taille. C’est lors du lancement de l’iPhone 6 et de l’annonce de l’iWatch d’Apple que le groupe a offert aux utilisateurs d’iTunes leur nouvel album, Songs of  Innocence. On savait le groupe en studio depuis un moment mais on ne s’attendait pas à ça ! Ce n’est pas sans sourire que l’on a ouvert notre compte iTunes et lancer la lecture. Review.

Premières notes, des cœurs U2-esque, comme on les aime. Et soudain, un riff très punk ouvre une chanson à la fois personnelle et hommage au (très) grand Joey Ramone. C’est, selon Bono, grâce à lui que le chanteur irlandais a su trouver la force d’être lui-même derrière un micro. The Miracle (of Joey Ramone) est un parfait exemple de punk sauce U2. Et ça marche sans l’ombre d’un doute.

Puis avec Every Breaking Wave on retrouve un U2 pure sang, dans la veine de ce qu’il avait fait dans leur précédent opus, No Line On The Horizon, et même encore avant ça, puisqu’on pourrait y trouver des airs de With Or Without You. Les cloches de California (There’s No End To Love), elles, nous rappellent Lana Del Rey. Mais l’effet ne dure pas longtemps.

Les chansons de l’innocence portent bien leur nom. A chaque titre, les premiers frissons, les premières révélations, les premières expériences… tout ce qui fut pour le groupe important ou influent. Ainsi de Joey Ramone, à Joe Strummer à Lou Reed en passant par les années 80, leurs premiers amours, la situation en Irlande et la vie dans leur rue, chaque morceau en garde une trace qui nous invite dans ce monde d’innocence.

Iris (Hold Me Close) se termine, tournoyante et douce, et laisse place à Volcano, avec sa basse sexy et insolente, entêtante au point de la garder en tête même après l’arrêt de l’album complet. Raised by Wolves et Cedarwood Road continuent dans cette veine énergique alors que, vers la fin de l’album Sleep Like a Baby Tonight calme un peu les guitares qui repartent, vrombissantes, sur This Is Where You Can Reach Me Now. Puis The Troubles apaise l’esprit rebelle et adouci les derniers échos de leurs guitares. Celles-ci reprendront du service sur la version physique et la version Deluxe de l’album prévue le 13 octobre prochain.

Coup de cœur : The Miracle (of Joey Ramone), pour l’hommage à ce génie de la musique, pour l’influence punk et pour son côté très entêtant. Un vrai bijou.

Tu n’as pas envie d’écouter tout l’album parce que tu es pressé ? D’accord, Challenge Accepted ! Voici les trois morceaux que tu devrais vraiment écouter :

  • The Miracle (of Joey Ramone)
  • California (There’s No End To Love)
  • Volcano

En bref : Une surprise plus que réussie !

Site Officiel/Facebook

En écoute : Ordinary Love

Cette chanson n’est pas présente sur l’album. La vidéo précédente ayant été supprimée, voici l’alternative que nous vous proposons.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=XC3ahd6Di3M]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s