Carl Barât and The Jackals – Let It Reign

carlbaratletitreign

L’attente fut longue mais ça valait la peine ! Cinq ans après son album solo, Carl Barât, connu pour avoir fondé les Libertines avec un certain Doherty, revient avec un nouveau gang et un nouvel album, Let It Reign. Il est disponible depuis le 16 février, chez Cooking Vinyl.

Enfermé dans le studio de Joby Ford à Van Nuys, Los Angeles, pendant 12 heures d’affilées tous les jours pendant six semaines, voilà comment Carl Barât à enregistrer son album. Et le résultat est à la hauteur du travail fourni. Mais pour ça, le britannique a su s’entourer. Et cet entourage à immédiatement jouer sur la sonorité de l’album, entre la brit-pop et le punk-rock US. Mis à part Ford, excellent guitariste du Bronx, on trouve aussi Alfredo Ortiz, percussionniste des Beastie Boys, Ray Suen à la basse, mais aussi Jarrod Alexander à la batterie, que Barât décrit comme « une machine de guerre ». Les Jackals n’arrivent que plus tard.

Mais concrètement qu’est-ce que ça donne ? Eh bien, l’ouverture de l’album se fait avec la guitare stridente de Glory Days, co-écrite avec Benjamin Biolay. Superbement enivrante, on sent l’attaque dans la voix de Barât, comme Joe Strummer à l’époque. Punk, donc. Puis surprise : de la trompette pour l’intro Victory Gin. Mais cela ne dure pas et les riffs explosent. Sur ce morceau on reconnait le petit air punk Californien. Aucun doute, Ford et de Suen (qui a beaucoup travailler avec le side-band Mariachi El Bronx) ont joué un rôle. Après l’outro, également à la trompette, on replonge dans la facette britannique avec Summer In The Tranches. On ne peut s’empêcher de penser aux Libertines.

Le gang des Jackals n’arrive donc que sur We Want More, après la presque-ballade Beginning to See et March Of The Idle. Pas de contradiction avec le reste, au contraire. Recrutés d’abord en ligne, puis sur audition, l’alchimie semble idéale, comme le voulait Barât, « camaraderie et bon temps ». War Of The Roses, The Gears et le plus calme Let It Rain terminent l’opus avec brio. Avec cet album on ne s’ennuie pas un instant, on fait le plein de son électrisant, on s’enrage avec eux et ça fait un bien fou.

Coup de cœur : A Storm Is Coming reste dans la lignée brit-pop. La composition est brillante, le refrain entêtant, et le fond comme la forme, séduisants.

Tu n’as pas envie d’écouter tout l’album parce que tu es pressé ? D’accord, Challenge Accepted ! Voici les trois morceaux que tu devrais vraiment écouter :

  • Glory Days
  • A Storm Is Coming
  • War Of The Roses

En bref : Un must have enragé !

Site Officiel/Facebook

En écoute : Glory Days

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s