SPIRIT – DEPECHE MODE

011depeche

Ça y est, on se penche dessus. Sorti le 17 mars dernier, le nouveau bébé de Depeche Mode s’appelle Spirit et arrive quatre ans après Delta Machine. Review

Le bien nommé Spirit c’est douze pistes de New Wave Pop Rock révolutionnaire dans l’âme avec un petit manque de violence. Pour un quatorzième album, on ne s’attendait pas à autre chose. Ils savent ce qu’ils font, ils savent où ils vont, et on ne va pas s’en plaindre. Pas exactement politique, mais plutôt ouvert à la réflexion, on sent de l’inquiétude dès le premier titre : Going Backwards. Et cela ne fait que s’amplifier avec Where’s the Revolution qui nous transperce avant que The Worst Crime ajoute une pointe de tristesse et de résignation.

Scum nous donne envie de se battre, et on doit dire que l’entendre dans le contexte actuel, ça fait plutôt du bien. La musique fait monter la pression, comme la lave d’un volcan prêt à exploser. La tension est à son comble. You Move la fait, pourtant, doucement retomber chez nous. Bon titre, mais on aurait pu s’en passer sans être trop choqués. Cover Me vient nous endormir doucement avant de nous lâcher dans un outro vertigineux. On perdrait presque pied. Eternal apporte un léger moment de souffle.

Et puis Poison Heart, sensuel et ravageur démarre. En moins de deux, on a un coup de cœur. Ce titre est très loin d’être un cadeau empoisonné. On retrouve le même enthousiasme pour So Much Love, plutôt positif dans son ensemble. Quelques pointes de combativité ici et là aussi. Un mélange idéal pour nos petites oreilles. Poorman s’éloigne un peu de ça, et on retrouve les mêmes éléments que sur le reste des titres.

Fond ou forme, Depeche Mode ouvre simplement le débat, soulève quelques questions parfois et surtout parle de l’humain et du monde. No More (This is the Last Time) est peut-être plein de tristesse mais on ne peut pas leur enlever cette sorte d’espoir qui s’en dégage. On termine avec Fail, qui, bien qu’il ne rende pas l’album plus joyeux ou plus facile (au contraire), le clôt avec un équilibre certain et une grande justesse. Sommes-nous réellement condamnés ? Pouvons-nous encore changer les choses ? Pas de réponse, on te dit… Seulement un débat.

3 titres à retenir :

  • Where’s The Revolution
  • Scum
  • Poison Heart

En écoute : Where’s The Revolution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s